février 1

Energie solaire : Berlin refroidit les ardeurs des producteurs

Posté par admin . Article sous énergie solaire | No Comments

le ministre allemand de l’Economie a confirmé ce mardi que le prix garanti aux propriétaires de panneaux solaires allait baisser cette année. Berlin a proposé mercredi un recul de 15%.

L’Allemagne restera-t-elle encore longtemps la championne mondiale de l’énergie solaire ? Jusqu’à maintenant, l’industrie photovoltaïque du pays était dopée par une forme de subvention à la fois efficace et sans conséquence pour le budget fédéral. L’Etat se contentait de fixer le prix du kilowatt/heure payé aux producteurs.

Les particuliers qui ont fait poser sur leur toit des panneaux solaires se voient octroyés 43 centimes du kilowatt/heure (kw/h), si la capacité de leur installation ne dépasse pas 30 kilowatts. Pour les sites de production plus conséquents, le prix garanti atteint 30 centimes du kw/h. Avec la baisse du prix des panneaux voltaïques, ce tarif garantissait un retour sur investissement de plus en plus attractif.

Le gouvernement a donc décidé de revoir ces prix de revente à la baisse. Le ministre allemand de l’Economie, Rainer Brüderle a annoncé mardi à Berlin que ce tarif officiel allait être réduit de 16 à 17%. Il n’a pas précisé la date de cette baisse spectaculaire, mais la plupart des experts évoquent une mise en place entre avril et juillet. Le gouvernement a précisé mercredi que le recul proposé était finalement de 15%.

Cette nouvelle réjouit évidemment les consommateurs qui sont certes nombreux à privilégier les énergies renouvelables mais qui trouvent exagéré le surcoût qu’imposent les fournisseurs d’électricité pour leur garantir une origine 100% «écologique». Les producteurs ainsi que leurs fournisseurs, eux, sont évidemment vent debout contre cette chute annoncée de la rentabilité de leurs investissements. Sans contester le bien-fondé d’une baisse du prix garanti, ils veulent en limiter le niveau.

Si elle devait dépasser les 10%, ils prédisent une chute des investissements. Une analyse fondée sur ce qui s’est passé en Espagne lorsque le gouvernement a coupé le robinet des subventions. Dans les mois qui ont suivi, les implantations de panneaux solaires ont chuté.

Sur les marchés boursiers, les investisseurs ne s’y sont pas trompés. Depuis qu’il est acquis que Berlin va réduire le tarif garanti, les actions du secteur ont moins la cote. Depuis le 15 janvier, Solarworld a vu son titre perdre plus de 6,5% et Q-Cells a carrément chuté de plus de 12% entre ce vendredi et ce mardi, à mi-séance.

L'article a été posté le lundi, février 1st, 2010 à 17 h 03 min et est classé dans la catégorie énergie solaire. Vous pouvez suivre l'actualité de cette discussion en consultant le flux RSS 2.0. Vous pouvez laisser un commentaire, ou suivre la discussion.

Leave a Reply